Cameroun : «J’écoule près de 500 plants de cocotiers chaque année»

Innocent Wamba, cadre retraité du Minader. Pépiniériste à Kribi.

«Je produis les plants de cocotiers depuis plus d’une dizaine d’années. Je le fais beaucoup plus comme un passe temps favori. Malgré cela, j’arrive quand même à écouler près de 500 plants de cocotiers chaque année. Je peux en faire plus, mais la grande difficulté se trouve sur la disponibilité des noix de coco matures. Je ne compte que sur les 5 pieds de cocotiers que j’ai plantés dans mon jardin. L’on ne peut pas compter sur les noix de coco vendues au marché car elles sont à plus de 90% cueillies avant la maturité. Tout ce que je produis comme noix de coco est destiné à la pépinière. Je laisse mes noix de coco sécher en haut de l’arbre le maximum de temps possible. Je les ramasse au fur et à mesure qu’elles tombent et je les mets dans le germoir après avoir légèrement remué le sol. Il m’arrive rarement de les cueillir moi-même. C’est quand les noix ont bien séchés qu’elles ont le meilleur taux de germination.
Je produis aussi bien les variétés naines que les variétés géantes. De manière générale, il y a 3 types de cocotier au Cameroun: le cocotier nain, le cocotier géant et les hybrides. L’on a beaucoup plus la variété géante ici au Cameroun. Quand vous voulez faire la pépinière, si vous avez repéré un cocotier qui a des fruits sucrés, il faut se rassurer qu’il y a pas un autre palmier à 400 mètres à la ronde. Parce que le palmier peut avoir une pollinisation croisée. Le cocotier a à la fois les fleurs mâles et les fleurs femelles. S’il n’y a pas un autre cocotier à la ronde, il y a 100 % de chances que tous les fruits soient sucrés. Il faut donc rechercher des cocotiers isolés qui ont des fruits sucrés surtout s’ils sont gros.
Ma clientèle est essentiellement constituée des personnes qui achètent les plants de cocotier pour aller revendre. Je leur vend l’unité à 1000 F CFA».

Propos recueillis par
Irénée M. Bidima

Print Friendly, PDF & Email
Partager...Share on Facebook175Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someone

Vous pourriez aussi aimer

2 thoughts on “Cameroun : «J’écoule près de 500 plants de cocotiers chaque année»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *