Cameroun : Réussir le repiquage et le tuteurage de la tomate

Je suis une Ivoirienne vivant au Mali, et étudiante à l’Institut polytechnique rural de formation et de recherche appliquée de Katibougou au Mali. J’effectue un stage de fin de cycle à AVRDC (Asian Vegetable for Reseach and Development Center) sur des essais de tomate. J’aimerais avoir des astuces pour réussir mon champ d’expérimentation.
Après l’essai, je serais bien flattée de cultiver la tomate. Je précise que c’est la première fois de me confronter à la culture de la tomate. Quels conseils me donnez-vous pour réussir le repiquage? En quoi consiste le tuteurage?

Maïmouna /Bamako, Mali

Chère Maïmouna,
La conduite d’un essai dépend essentiellement des objectifs de l’étude à mener. Ces objectifs vous permettront de bien formuler les hypothèses de départ, afin de donner des recommandations sur les résultats des analyses des données (paramètres) étudiées.
Pour réussir votre essai, il est important de respecter la méthodologie pendant la collecte et l’analyse des données. Surtout en tenant compte des conseils de votre encadreur.
Le repiquage est une technique qui consiste à transplanter les jeunes plants de la pépinière en champ. Le repiquage de la tomate intervient entre 25 et 35 jours après le semis en pépinière quand les plants ont 15 à 20 cm.
Les conseils suivants doivent être observés lors du repiquage:
– Ne pas repiquer les plants âgés de plus de 45 jours.
– Porter les plants dans les caisses de la pépinière pour le champ.
– Repiquer les plants rigoureux avec la motte de terre autour des racines.
– Jeter les plants petits et rabougris.
– Ne pas trop enfoncer les plants dans le sol pour éviter la pourriture du collet (base du plant).
– Bien tasser la terre autour des racines.
– Eviter de repiquer en temps sec.
– Repiquer après une pluie ou arroser immédiatement après repiquage.
– Repiquer en soirée.
Le tuteurage contribue à l’amélioration de la qualité des fruits, en ce sens qu’il permet une meilleure photosynthèse grâce à une exposition parfaite des feuilles à la lumière. Il permet aussi de réduire la pourriture des fruits en contact avec le sol.
Le tuteurage est obligatoire pour les variétés à croissance indéterminée (variété grimpante). Pour les variétés à croissance déterminée (variété rampante), le tuteurage n’est pas nécessaire, toutefois, au cours de l’entretien, il est souhaitable de relever les branches portant des fruits qui sont en contact avec le sol.
Le tuteur peut être en bois, en bambous ou toute autre tige solide. Il existe aussi d’autres techniques de tuteurage, le bois peut être substitué par des fils en nylon ou de fer, mais le coût de réalisation est à considérer.
La tomate est exigeante en éléments fertilisants au niveau du sol. Pour obtenir de bons rendements et des fruits de qualité, il faut une fertilisation qui tient compte d’un certain nombre de facteurs à savoir: les réserves du sol, les besoins de la plante et la dose économiquement rentable. Les fruits de tomate de meilleure qualité sont ceux obtenus avec une fertilisation organique (compost, fiente.) et minérale équilibrée.

Print Friendly, PDF & Email
Partager...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someone

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *