Cameroun : Conaprocam lance le projet ProJACam à Yaoundé

Le projet Professionnalisation des Jeunes Agriculteurs au Cameroun (ProJACam) a été lancé le 25 février dernier. L’initiative est portée par un consortium de quatre organisations à savoir : Afdi, Conaprocam, IAO et la Chambre d’Agriculture de Côte d’Or en France.

Intitulé «Formation duale pour une meilleure insertion des jeunes hommes et femmes dans les filières agricoles, les organisations des producteurs et les territoires ruraux », le projet porté par Agriculteurs Français Développement International (Afdi), Confédération Nationale de Producteurs de Cacao et café du Cameroun, (Conaprocam), Institut Agricole d’Obala (l’IAO) et la Chambre d’Agriculture de côte d’Or en France, vise à améliorer l’employabilité et l’insertion professionnelle des jeunes en Afrique et notamment au Cameroun. Pour favoriser cette insertion des jeunes et les accompagner facilement dès leur installation, trois filières ont été sélectionnées : la cacaoculture, maïs et l’aviculture. Selon les responsables Conaprocam, le choix des filières cacao, maïs et volaille permettra de redynamiser le secteur agricole camerounais qui fait face à un besoin important en formation professionnelle.

Insertion des jeunes

De manière spécifique, ProJACam compte formations techniques professionnelles en s’appuyant sur l’expérience et la demande des acteurs des filières cibles.

Développer l’offre d’accompagnement des jeunes ruraux afin d’améliorer leur insertion professionnelle durable et pérenne dans les secteurs présentant un potentiel de croissance économique.

Rendre l’environnement dans les filières agricoles plus favorable à l’entreprenariat des jeunes en renforçant la place des organisations professionnelles agricoles au sein des chaines de valeur.

Financé par l’Union Européenne à travers le programme ARCHIPELAGO, le projet qui va durer 24 mois concerne les jeunes hommes et femmes des Régions du Centre, Sud et Littoral, avec un focus spécial pour intégrer les migrants de retour (30%).

A son terme, le projet devrait avoir : un minimum de 360 jeunes formés au travers d’une approche de formation professionnelle duale à l’IAO et auprès des maîtres de stage qui leur transmettront des connaissances issues de leur expérience en tant que producteurs.

Le cursus de formation désormais adapté aux besoins des acteurs des filières cacao, maïs et volailles.

Les jeunes devraient être accompagnés après la formation par les organisations paysannes via un réseau de conseillers paysans, qui seront eux aussi formés à l’encadrement des jeunes à l’IAO, afin de favoriser leur intégration dans les coopératives.

La Conaprocam et l’Unacam, Union National des Aviculteurs du Cameroun également partenaire de ce projet, auront contribué à améliorer l’environnement au sein des filières cacao, maïs et aviculture.

 Magloire Biwolé Ondoua

«Que la jeunesse se mobilise dans le projet.»
Koundi Alexis Joseph, Président National Conaprocam

Le projet vient répondre à la préoccupation majeure de la Conaprocam qui est la préparation de la relève tant dans les exploitations agricoles qu’au niveau des instances et à divers niveau d’organisation de la Conaprocam. Voyez-vous, les agriculteurs et les leaders de la Conaprocam prennent de l’âge. La jeunesse doit se mobiliser dans le cadre de ce projet qui est pour nous une chance inespérée pour elle et nos organisations afin de pérenniser l’activité agricole et le mouvement paysan.

 

«L’agriculture familiale est au centre de nos actions.»
Vinciane Marin, chargée de mission afdi

Afdi est chef de file sur ce projet qui regroupe quatre organisations. Notre objectif c’est de défendre  l’agriculture familiale voilà pourquoi nous centrons nos actions sur les jeunes des organisations paysannes à travers la formation duale. Cette formation nous parait la plus pertinente et nous semble essentielle pour l’intégration d’un jeune agriculteur parce qu’elle se fait de manière pratique avec des maîtres de stage formés qui ont des compétences à transmettre en complément d’une formation théorique.

 

«Nous allons former et accompagner les jeunes.»
Louis Ndjié, Directeur IAO

L’institution IAO est au Cameroun un des incubateurs des jeunes entrepreneurs agricoles, qui forme chaque année des centaines de jeunes dans l’entrepreneuriat agricole. Ce projet qui épouse ce même objectif a trouvé important de passer par notre institution pour former et accompagner les jeunes afin qu’ils assurent la relève des agriculteurs dans leur différentes organisations paysannes. L’IAO mettra tout en œuvre pour que les jeunes soient bien formés à partir de la formation duale.

 

«Nous intervenons dans la construction des contenus de formation.»
Anne Pommier, Responsable formation Chambre d’Agriculture de Côte d’Or (France)

Au même titre que l’IAO, la Chambre d’Agriculture de Côte d’Or intervient dans la formation des futurs professionnelles agricoles en France, ce qui explique notre implication dans ce projet. A ce titre nous utilisons les expériences que nous avons en France sur la formation des jeunes agriculteurs et nous travaillons avec l’IAO pour échanger sur la transmission de ces expériences et pratiques pour construire la formation. Nous nous mobilisons dans ce projet sur la construction des contenus, outils et guides de formation.

 Propos recueillis par
                                              Magloire Biwolé Ondoua

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *