Cameroun : Des coopérateurs parviennent à imposer le prix du kg de cacao aux acheteurs

Les coopérateurs ont pu obtenir qu’aucun kg de fèves ne soit négocié en-dessous de 1000Fcfa.

Pour avoir accès au marché du cacao dans le Mbam et Kim, les acheteurs doivent s’inscrire à 10.000 Fcfa auprès des coopératives à chaque jour du marché. Le calendrier prévoit un marché toutes les deux semaines.
Dès l’ouverture de la campagne cacaoyère 2018-2019, pour s’assurer que les ventes vont se faire suivant les règles de l’art, les coopératives de ce département de la région du Centre, grand fournisseur de cacao, ont trouvé une stratégie payante. Désormais, les acheteurs sont à l’écoute des producteurs et non le contraire.
Les coopératives ont convenu de vendre leur production aux enchères sur tous les marchés. La production est cédée au plus offrant après mise à prix du kg communément arrêtée à 1000 Fcfa.
L’opération se déroule en présence des représentants des sociétés acheteuses. TELCAR, OLAM CAM, SIC CACAOS et NDONGO ESSOMBA.
Les coopératives assurent le dépouillement des offres de prix faites sur de petits papiers enroulés. «Nous ne retenons que le plus offrant» confie Bruno Anga, de la Société coopérative de cacao de Ntui centre (SOCOCAN). Il n’est donc plus question que les acheteurs s’entendent pour imposer leur prix comme dans la Lékié où par endroit, le kg a été cédé à 800 voire 750 Fcfa en cette campagne.
« Le cacao n’a pas beaucoup produit cette année. Les fleurs sont tombées à cause d’abondantes pluies, malgré les traitements au fixant» explique Bruno Anga.
Pour cette raison et bien d’autres, les coopératives sont exigeantes envers leurs clients, comme ils le sont envers leurs membres à qui elles exigent un cacao bien fermenté et bien séché avant le jour du marché.

Olivier Ngono Moto

Print Friendly, PDF & Email

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *