Cameroun : Journalistes et communautés se forment à l’utilisation des outils de suivi du couvert forestier

Objectif, renforcer les actions d’observation indépendante des forêts grâce au numérique.

De 1 078 892 ha en 2013 à 781 081 ha en février 2019, les forêts primaires du Parc National de Deng Deng (PNDD) dans la Région de l’Est Cameroun rétrécissent.
Bien qu’ayant été créé dans le but de répondre aux dommages provoqués par la construction du barrage hydroélectrique de Lom Pangar, le parc étouffe. Les cours d’eau ne cessent de s’élargir. De 8050 ha en 2013 avant la construction du barrage à 18 527 ha pendant et 38 998 ha après les travaux, l’espace délimité en aire protégée subit d’énormes pressions, auxquelles s’ajoutent des activités de déforestation et de dégradation. Ainsi 10 466 alertes de déforestation ont été enregistrées de janvier 2015 à Juillet 2019 d’après le Global Forest Watch.
C’est dans l’optique de contribuer à la lutte contre l’exploitation forestière illégale et au respect des engagements sociaux dans le cadre des projets structurants qu’un atelier de formation s’est tenu à Bertoua du 9 au 11 décembre dernier.

Affermir les capacités des médias et locaux
Mis en œuvre par le SAILD à travers le financement de Global Forest Watch Small Grants Fund, le projet de «renforcement du suivi indépendant du couvert forestier autour du Parc National de Deng Deng par les communautés locales et les médias» a réuni journalistes et observateurs communautaires issus de Déoulé, Kambocassi, Lom-Pangar et Deng Deng.
«Il est question d’affermir les capacités de ces acteurs pour un meilleur suivi des changements dans le PNDD et sa zone périphérique grâce à l’utilisation des outils de surveillance des forêts», explique Ghislain Fomou, responsable du programme Gestion des Ressources Naturelles au SAILD.

Données exactes sur l’évolution des forêts
Global Forest Watch, Forest Watcher, Système de Suivi de la Déforestation et la Dégradation des forêts au Cameroun (2S2D) et Atlas forestier du Cameroun GeoODK Collect ont été présentés aux communautés. «L’application mobile Forest Watcher rapproche du terrain les systèmes de suivi des forêts et d’alertes de Global Forest Watch tandis que le 2S2D fournit des données fiables sur l’évolution du couvert forestier au Cameroun», distingue Hervé Ngodja, de Déoulé.
Les journalistes quant à eux ont tout aussi exploré les fonctionnalités du Global Forest Watch, le 2S2D et l’Atlas forestier du Cameroun. «Le Global Forest Watch nous offre des informations précises sur l’occupation du sol, l’utilisation des terres, le climat, la biodiversité et l’évolution de toutes les forêts», se félicite Ghislaine Deudjui, journaliste-blogueuse.
Des descentes sont prévues pour janvier 2020 afin de permettre aux médias de faire écho des impacts environnementaux et sociaux du barrage hydroélectrique de Lom Pangar sur les populations locales.

Sonia Omboudou

Print Friendly, PDF & Email

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *