Cameroun : L’insémination artificielle permet des mises bas de 22 porcelets

Bernard Souop, rare porciculteur à avoir adopté l’insémination artificielle, dit sa satisfaction pour cette technologie, malgré ses exigences.

Sa ferme de Bandjoun à l’Ouest du Cameroun grouille de porcelets. Bernard Souop pointe d’entrée le produit des croisements issus des dernières inséminations.
Dans sa localité située à moins de 10 km de Bafoussam, chef-lieu de la région où il exerce comme porciculteur depuis plus de deux décennies, il est le seul éleveur à pratiquer l’insémination artificielle.
Il a réussi à importer des semences d’Europe pour inséminer ses truies dans sa ferme. C’était en 2017 avec l’accompagnement d’une mission de techniciens belges et camerounais.

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *