Cameroun : Opérations de pré-abattage d’un arbre

Avant l’abattage qui consiste à mettre l’arbre au sol, l’abatteur doit procéder à plusieurs opérations qui vont du choix de l’arbre au débardage, en passant par l’abattage et enfin le sciage proprement dit.

Le choix de l’arbre encore appelé pistage, consiste à identifier l’arbre qui sera définitivement abattu. Se rapprocher de l’arbre identifié lors de l’inventaire et vérifier s’il est exploitable ou non (essence, diamètre et qualité de l’arbre) en fonction des critères de l’acheteur. L’arbre accepté est identifié par marquage supplémentaire sur le tronc (croix) et attribution d’une plaquette code barre.

Inspecter l’arbre choisi
L’abatteur doit d’abord bien inspecter la zone où est l’arbre à abattre. Muni de la carte d’exploitation, il se fixe un certain nombre de pieds d’arbres à abattre sur une base journalière ou hebdomadaire.
Arrivé au pied de l’arbre à abattre, après avoir vérifié et noté dans son carnet d’abattage le numéro d’exploitation porté sur le tronc ou la plaquette code barre, l’abatteur doit effectuer un certain nombre d’opérations sur l’arbre et son environnement.

Décider de l’exécution ou non de l’abattage
Tout arbre mort ou creux devra être abandonné. Les arbres présentant des signes de dépérissement à la base du tronc devront être sondés à la machette ou à la scie à chaine. La décision d’abattre et le choix de la direction d’abattage appartiennent à l’abatteur. On ne peut l’obliger à abattre un arbre qu’il estime dangereux. L’abatteur doit repérer les arbres d’avenir et patrimoniaux désignés par l’équipe de marquage et examiner comment éviter de les blesser. Si cela n’est pas possible, l’abatteur devra renoncer.

Déterminer la direction de chute de l’arbre
Avant de prendre cette décision, l’abatteur examine la verticalité du fût, le centre de gravité estimé du houppier (déterminé par la répartition du poids des branches dans la cime par rapport à l’axe du fût), la position des branches maitresses, le risque de tomber sur les arbres voisins, le risque d’écrasement sur un obstacle au sol (rocher, ravin), la liaison éventuelle de l’arbre avec une tige voisine par l’intermédiaire de lianes situées au niveau du houppier, lorsque celui-ci est visible, la direction et la vitesse du vent. L’abatteur fixe la direction de chute en fonction de la direction à laquelle l’arbre risque de tomber en raison de la distribution de son poids (tige et houppier) et de la direction désirée afin de faciliter l’extraction.

Préparer l’arbre à abattre
Il faut nettoyer les alentours de l’arbre de tous les obstacles gênants: branches basses, broussailles, afin d’évoluer à l’aise sur le chemin de travail, gratter la base du tronc à la machette de façon à débarrasser l’écorce des cailloux ou autres éléments risquant de désaffuter la chaine de scie, couper toutes les lianes visibles et accessibles autour et dans le voisinage de l’arbre si nécessaire.

Assurer la sécurité de l’équipe d’abattage
L’abatteur doit repérer l’existence de branches mortes potentiellement dangereuses, repérer la présence d’arbres morts à proximité susceptibles de se désagréger sous l’impact de l’arbre abattu, préparer deux sentiers de fuite, nettoyer sur une distance permettant à l’abatteur de s’éloigner rapidement au moment de la chute de l’arbre.

Print Friendly, PDF & Email

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *