Cameroun : Projet SANTé pour la sécurité alimentaire et l’accès à l’eau

Grâce au soutien financier de l’Agence Italienne pour la Coopération et le Développement (AICS), le projet SANTé mis en œuvre à l’Extrême-Nord du Cameroun apporte des appuis aux populations de 10 villages rendues vulnérables par diverses crises.

Le lancement officiel du projet ‘‘Sécurité alimentaire et accès à l’eau pour les populations en mouvement et les communautés d’accueil dans les départements de Mayo Kani et Diamaré – Extrême Nord Cameroun’’, dénommé projet SANTé, a eu lieu le 28 octobre 2020 à Maroua.

Ont pris part à la cérémonie aux côtés des représentants des villages bénéficiaires, les délégués du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER) venus des arrondissements de Moutourwa, Gazawa, Mindif et Ndoukoula.

Couches vulnérables

Dans le cadre de ce projet, 10 villages du Diamaré et du Mayo Kani bénéficient depuis avril 2020 de l’accompagnement et des appuis matériels pour leurs activités agricoles.

Le projet SANTé est conduit sur le terrain par l’ONG Service d’Appui aux Initiatives Locales de Développement (SAILD), la Fondation Bethléem, et l’ONG italienne AVSI, trois structures de renom dans l’encadrement rural et des œuvres à caractère social et humanitaire au Cameroun.

L’objectif du projet est la recherche de la sécurité alimentaire et l’accès à l’eau potable pour les populations rendues vulnérables par plusieurs crises qui touchent l’Extrême-Nord. Parmi ces crises, on relève la crise sécuritaire due aux attaques récurrentes de la secte Boko haram dans la région qui occasionne les déplacements de populations rurales. Toutes choses qui en rajoutent à leur fragilité.

Les effets néfastes du dérèglement climatique dans cette zone sahélienne où les populations vivent de l’agropastoral ne sont pas des moindres.

Par ailleurs, depuis mars 2020, la crise du Covid-19 oblige à respecter les mesures barrières, freinant le déploiement en communauté. Les activités se sont poursuivies dans les champs.

Les producteurs de soja, de moringa et de niébé très consommés dans la région, intègrent désormais les techniques agroécologiques, pour avoir de meilleurs produits afin d’assurer à terme la sécurité alimentaire de 30.000 personnes dans les localités touchées par le projet SANTé.

Abbo Mohamadou

 

Le soja est entré dans la nutrition de ma famille

Hadidja Habiba, bénéficiaire du projet dans le village Wafango, Mayo Kani.

J’ai bénéficié des outils de production et des intrants avec lesquels j’ai pu réaliser aisément mon champ de soja. L’encadrement du projet m’a permis de maitriser les techniques de production et d’avoir une bonne récolte. Une partie de ma production de soja a été transformée pour les besoins alimentaires de ma famille. Mes enfants se portent bien en consommant du lait et de la bouillie de soja.

L’objectif de ce projet est louable

Estelle Nwambe, responsable administratif du projet SANTé.

L’objectif d’améliorer le niveau de résilience des populations fragilisées par leur exposition aux différentes crises qui touchent la région de l’Extrême-Nord est louable pour le projet SANTé. En finançant ce projet, la Coopération italienne permet d’atténuer les conséquences des crises ambiantes sur les populations.Nous sommes réconfortés d’avoir à nos côtés les autorités du MINADER avec qui nous travaillons pour la conquête du bien-être des populations par la pratique d’une agriculture qui nourrit l’agriculteur.

On a engagé les activités sur le terrain

Bouba, chef du projet SANTé, SAILD-Maroua.

Nous avons démarré la mise en œuvre du projet en avril dernier, en dépit de la survenue de la pandémie du Coronavirus. Cependant, nous étions limités dans nos mouvements pour cause de respect des mesures barrières au Cocid-19.Le regain de sécurité qu’on note depuis le début des déconfinements au Cameroun va permettre aux trois acteurs du projet sur le terrain, que sont AVSI, SAILD et Fondation Bethleem, de s’accorder pour une bonne mise en œuvre du projet SANTé.

Propos recueillis par Abbo Mohamadou
Print Friendly, PDF & Email

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *