Cameroun : Rareté du poulet, les restaurateurs n’en peuvent plus

Le poulet de chair se raréfie de jour en jour dans les marchés de la capitale économique et la majorité des points de braise ferment boutique.

On retrouve de moins en moins les braiseurs de poulet. La plupart ont viré dans la vente du poisson. Et pour cause, le prix d’achat du poulet de chair ne leur permet plus de faire des bénéfices. Le poulet de 2kg vendu à 2500Fcfa coûte désormais 4500Fcfa. La surenchère les pousse à faire de petits morceaux. Mécontente, la clientèle ne cesse de diminuer. La pénurie a poussé beaucoup de restaurants à effacer de leur menu les recettes à base du poulet.

Le poulet coûte cher
C’est au marché central de Douala que l’on constate cette pénurie avec acuité. Ici, le poulet de 35 jours coûte 3000 Fcfa. Bien que n’ayant même pas atteint sa maturité, la volaille coûte cher. Les espaces marchands qui leur sont réservés à Douala sont déserts. Un phénomène qui frustre les vendeurs. «Depuis le matin je n’ai aucun poulet à vendre et c’est ainsi depuis plusieurs jours», déclare un commerçant désespéré.
Les éleveurs ont le même cri. Le poussin d’un jour de 400 Fcfa coûte à présent 600 Fcfa. Les délais de livraison ne sont plus respectés et l’offre est inférieure à la demande. Ce désagrément affecte toute la filiaire avicole. De l’accouveur aux consommateurs, en passant par les vendeurs, nombreux sont ceux qui désespèrent. «Je faisais déjà les bandes de 1000 poulets. Mais, depuis que l’approvisionnement en poussins est devenu difficile, j’ai décidé de me retirer pour faire le taxi», confie Jules Tchapda a Ndog-Passi.

Pompidou Ngamna

Print Friendly, PDF & Email

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *