Cameroun : Tests encourageants pour les motoculteurs KÖPPL

L’adaptabilité des motoculteurs proposés aux agro-entrepreneurs par le Projet Centres d’Innovations vertes pour le Secteur Agro-alimentaire (ProCISA) a été évaluée avec succès dans l’Adamaoua.

Des coopératives de producteurs de pomme de terre des régions de l’Adamaoua, de l’Ouest et du Nord-Ouest ont reçu 20 motoculteurs de marque allemande KÖPPL en 2018 par la GIZ pour réduire la pénibilité du travail, augmenter les rendements agricoles et améliorer la rentabilité du secteur de la pomme de terre au Cameroun.

Ces machines agricoles utilisées suivant le modèle de gestion individuelle pour le bénéfice collectif sont destinées à rendre l’agriculture plus attrayante et à encourager les jeunes à s’y investir. Solides et simples d’utilisation, elles sont dotées des accessoires tels que la charrue, la planteuse, la billonneuse, la semi-remorque, le pulvérisateur, la récolteuse et le pulvérisateur.

En vue d’apprécier leur utilisation et leur niveau d’adaptabilité sur les terres camerounaises, une mission d’évaluation conduite le 31 mai 2019 par Mme Laetitia Sossou, Conseillère Technique Filières du ProCISA, s’est rendue auprès des deux coopératives de l’Adamaoua bénéficiaires de ces innovations.

Des motoculteurs robustes et polyvalents

Les travaux menés sur le site d’exploitation de la coopérative des acteurs filières pommes de terre de la Vina ont permis de voir les tractoristes à l’œuvre en compagnie des agriculteurs.

« Pour le peu de temps que j’ai utilisé le motoculteur KÖPPL, je trouve qu’il s’adapte bien à notre région. Nos terrains sont plats et les producteurs sont habitués à la culture attelée. Ils connaissent donc certains accessoires comme la charrue. Le motoculteur KÖPPL dispose en plus d’un pulvérisateur-niveleuse qui s’est révélé très approprié pour la culture du niébé, du haricot, du maïs et du Brachiaria. Il donne des résultats satisfaisants en récolte des pommes de terre. Il est robuste et polyvalent. Cela réduit les coûts d’investissements » déclare Babba Issa, tractoriste et producteur de pomme de terre à Velambaï dans l’Adamaoua.

Maurice Pangnale, agriculteur, membre du GIC Capitale économique de Gada Mabanga à Ngaoundéré relève les avantages du motoculteur KÖPPL: «On n’a pas besoin de connaissances pointues en machinisme agricole pour manipuler ses accessoires».

La vidange étant déjà bien maîtrisée, les coopérateurs sollicitent des formations sur les autres opérations d’entretien des engins.

Les quelques défauts notés se sont montrés négligeables et faciles à corriger. Sur la base de leurs expériences, les tractoristes ont suggéré d’élargir le socle de la charrue et de doter les motoculteurs de siège permettant une conduite en position assise.

Abbo Mohamadou

Print Friendly, PDF & Email

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *