Cameroun : Un marché des aliments bio est né, le «Samedi vert»

Ça se passe chaque 3ème samedi du mois à Mbouo par Bandjoun dans l’Ouest Cameroun. En sa 4ème édition, le marché des produits biologiques recrute les clients de tous bords.

Dès 6h30 du matin, par temps pluvieux ce samedi 21 juillet 2018, le décor se met en place à l’esplanade du Centre polyvalent de formation (CPF) de Mbouo dans le département du Koung-khi, à quelques encablures de la ville de Bafoussam.
Tables et étagères de fortune sont disposées çà et là pour accueillir les denrées agricoles produites sans apports chimiques.
Les produits maraîchers sont en prime: carottes, pommes de terre, poireaux, légumes morelle, haricots verts, melons, fenouils, persils et céleris. Non loin, les régimes de plantain, le haricot rouge bio et les champignons pleurotes frais et séchés attendent aussi leurs clients.
Les produits d’élevage ne sont pas en reste. Poulets de chair bio, poules locales, poules pantolonnées et œufs bio fécondés meublent le décor.

Sans produits chimiques
Venus de divers départements de la région de l’Ouest, les producteurs bio ne tarissent pas d’éloges sur la qualité de leurs produits qui n’ont reçu aucun traitement chimique.
Les consommateurs avisés accourent. Mme Florence Waffo, cliente venue de Bafoussam affirme : «Ça fait longtemps que je désire consommer bio, mais je ne trouvais pas de tels produits à Bafoussam. La création de ce marché est pour moi une aubaine. J’étais déjà ici le mois passé pour me ravitailler. J’y serai le mois prochain, ainsi de suite. La santé n’a pas de prix».
Au marché bio, ça se passe comme à la poissonnerie. Les prix se négocient au kilogramme. Toutes les denrées, végétales comme animales, sont posées sur la balance. On n’y discute pas trop. Le marché a ses horaires connus d’avance: 8h-11h. Chacun connaît la valeur de ce qu’il veut et paie le prix.
« Mon frère et moi faisons l’élevage biologique de poulets de chair et de porcs. Aujourd’hui, nous sommes venus uniquement avec les poulets. Ils ont été élevés de façon biologique. A 50 jours, ils pèsent entre 2,8 kg et 3 kg» déclare le jeune Ghislain Tamba, exploitant agricole bio venu de Batié. Le kilogramme de poulet bio vif se négocie à 1250 Fcfa.

Production grandissante
Tout comme les autres agriculteurs bio présents, les deux jeunes éleveurs de Batié sont d’anciens apprenants de la section agriculture biologique du CPF de Mbouo. Cette formation ouverte dans ce Centre en 2015 déclare à ce jour 92 exploitants bio formés en trois promotions et 53 installés déjà en activité. Ce sont eux les gros fournisseurs du marché biologique.
Après les éditions d’avril, mai et juin derniers, le 21 juillet 2018 marque la 4ème édition du ‘‘Samedi vert’’ sur son site originel de Mbouo.
Au vu de l’engouement que prend peu à peu cette initiative, les responsables du CPF réfléchissent déjà à sa délocalisation de Mbouo et encouragent la création de vitrines pour aliments bio dans d’autres régions du pays.

Marie Pauline Voufo

Print Friendly, PDF & Email

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *