Coopération Cameroun-BAD : Le projet de développement des filières porcine, bovine et piscicole est lancé

Le PDCVEP se met en route pour 5 ans, en vue de promouvoir l’entrepreneuriat dans les chaines de valeur porcine, bovine et piscicole au Cameroun. Ce projet du MINEPIA est financé par un prêt de la Banque africaine de développement (BAD).

Le lancement officiel du Projet de développement des chaînes de valeur de l’élevage et de la pisciculture (PDCVEP) a eu lieu à Yaoundé le 22 avril 2021 en présence des autorités et des acteurs cibles intervenant dans les trois filières bovine, porcine et piscicole.

D’après Bobbo Bakary, éleveur de bovins de renom et représentant des acteurs: «Ce projet était attendu depuis longtemps par les éleveurs. Bien mis en œuvre, il devra conduire à leur professionnalisation.» En remerciant les bailleurs de fonds que sont la BAD qui finance 85% des 65 milliards du projet et l’Etat camerounais  qui pourvoit les 15%, l’acteur a formulé le souhait de voir le PDCVEP démarrer au plus vite sur le terrain.

Durée 2020-2025

La durée du projet court de septembre 2020 à septembre 2025. Soit, cinq années au terme desquelles le Ministère de l’élevage, des pêches et des industries animales (MINEPIA) et l’équipe du projet en particulier, devront brandir les résultats et les impacts escomptés.

Aboubakar Njoya, Coordonnateur national du PDCVEP relève que pour atteindre ses objectifs, le projet va s’exprimer dans les dix régions du pays à travers trois composantes: infrastructures, formation et coordination.

Le PDCVEP prévoit construire et équiper: trois abattoirs raccordés au réseau électrique et eau potable avec dessertes de 10,5 km à Yaoundé, Douala et Bamenda; 21 centres d’insémination communautaires; des halles (marchés) de poissons à Ebolowa et à Idenau; et réaménager 26 marchés communaux de vente de viande.

Il compte former les éleveurs et les agents techniques du MINEPIA dans l’amélioration des techniques d’élevage porcin,  bovin et piscicole, l’embouche porcine et bovine, l’insémination artificielle et la gestion des écloseries.

Une formation et des appuis financiers sont prévus pour les Etablissements de microfinance (EMF) qui travaillent avec les bénéficiaires du projet.

Pour des emplois ruraux décents

Les jeunes diplômés détenteurs de projets bancables dans les trois filières du projet sont expressément cités comme cibles majeures du PDCVEP. La promotion de l’entrepreneuriat jeune et des emplois ruraux décents en est le mobile. Dans son discours de lancement, Dr Taïga, Ministre en charge de l’élevage et président du comité de pilotage du PDCVEP déclare: «Ce qui est innovant dans ce projet est la prise en compte du caractère social dans une approche du travail rural décent. Il s’agit ici de trouver des réponses à l’assurance volontaire des travailleurs aux métiers de l’élevage et de la pêche.»

Le PDCVEP ambitionne selon son Coordonnateur national, de contribuer à terme à l’enrôlement d’un million d’assurés volontaires avec l’appui de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS).

Ont pris part à cette cérémonie de lancement officiel aux côtés du MINEPIA, le représentant de la BAD et plusieurs membres du gouvernement dont ceux en charge des finances, de la sécurité sociale, de la promotion de la femme et de la famille, de la jeunesse et de l’agriculture.

Marie Pauline Voufo

Print Friendly, PDF & Email

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *