Cameroun : Les difficultés liées à la certification des PFNL

L’absence d’une grille tarifaire sur les coûts de la certification et les délais de procédure d’obtention du certificat de conformité sont les obstacles majeurs observés.

Ceux qui veulent faire certifier leurs produits forestiers non-ligneux (PFNL) par l’ANOR font face à ce dilemme de ne pas savoir au départ ce qu’ils vont débourser dans le processus. Il n’existe pas encore une grille tarifaire qui clarifie cet aspect. L’ANOR préfère pour l’instant procéder au cas par cas après avoir examiné le dossier de demande de certification.

Pas de tarifaire connu

Luc Claude Mamba, Chef de la division communication, de la promotion et de l’accompagnement des administrations à l’ANOR explique: «Le secteur des PFNL est assez compliqué. Les paramètres à analyser diffèrent en fonction de la taille des entreprises, du lieu d’implantation. Lorsque vous faites la demande de certification, on étudie les pièces avant de vous faire suivre la note des frais pour que vous sachiez ce que la certification va vous coûter si vous vous y engagez. La demande de certification n’a aucun caractère contraignant. Il ne faut pas avoir peur d’initier la demande. C’est à la structure de décider après la sortie de la note de frais si elle s’engage ou pas. Au fil du temps, nous mettrons certainement une grille tarifaire à la disposition des usagers, comme c’est déjà le cas dans plusieurs autres secteurs.»
L’ANOR conseille aux exploitants des PFNL de s’associer en coopératives. Car se faire certifier seul est lourd et est plus facile quand les requérants sont regroupés.
Le délai d’attribution du certificat de conformité pose problème. Selon l’ANOR, le temps maximal mis pour un processus de certification est de 3 mois. Ceci est dû à certains aléas dont le temps mis pour analyser les produits dans les laboratoires de l’Agence ou pour obtenir la correction des non-conformités au sein des structures requérantes.

Durée de la certification

Certaines entreprises trouvent également le délai de validité du certificat assez court quoiqu’il soit passé de 6 mois à 1 an. Il existe également une possibilité de demande de certification triennale. Mais elle est coûteuse et réservée aux grandes entreprises qui ont déjà un bon système de management de leurs procédés de fabrication.
Pour ceux qui veulent exporter leurs produits à l’étranger, il faut savoir que dans certains pays, il y a moins de restrictions. Ils se rassurent tout simplement que les normes du pays d’origine ont été respectées.

IMB

Print Friendly, PDF & Email

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *