Filets sociaux : Transferts monétaires aux personnes vulnérables

equipe-himo
Les chefs d’équipes suivaient les travaux sur le terrain.

Dans le cadre de la mise en œuvre du DSCE, le Gouvernement camerounais a entrepris la réforme de sa stratégie de protection sociale et a lancé l’expérimentation d’un programme de filets de sécurité sociale. Ce programme s’articule autour des transferts monétaires directs et de la mise en œuvre des programmes de travaux publics à haute intensité de main d’œuvre en faveur des populations les plus pauvres et vulnérables (HIMO).
Dans le cadre de la composante HIMO/CFW (Haute Intensité de Main-d’œuvre/Cash For Work), le Projet Filets Sociaux (PFS) a mis au point et testé un programme pilote de travaux publics à haute intensité de main-d’œuvre visant à aider les personnes vulnérables à affronter des chocs exogènes (comme les sécheresses, inondations, etc.) à travers le financement de petits projets communautaires qui fourniront 60 jours de travail à chaque bénéficiaire.

Février à Juillet 2016
Le programme bénéficiera ainsi à 30 000 individus qui percevront chacun un montant d’environ 1300 Fcfa par jour de travail.
Les activités HIMO de la phase pilote ont été exécutées dans la région de l’Extrême-Nord, précisément dans les communes de Mokolo et Moulvoudaye, pour un total de 5000 individus, de Février à Juillet 2016. Trente-cinq (35) micro-projets présentant un intérêt communautaire certain et cadrant avec le Plan de développement communal (PDC) de la Commune concernée ont été retenus. Pour faciliter la mise en œuvre de cette composante «travaux publics HIMO/CFW» le projet a fait recours aux prestations de l’ONG SAILD spécialisée dans le domaine pour conduire les opérations sur le terrain, en collaboration avec les communes et sous la supervision de l’Unité de Gestion du Projet (UGP).
Une Agence de Paiement (ADP), EXPRESS UNION, spécialisée dans les transferts d’argent, a été recrutée pour assurer les paiements des bénéficiaires dans les villages toutes les deux semaines, et sous la supervision de l’UGP. Un Expert Environnemental et Social (EES), a été commis pour appuyer l’UGP dans la gestion du Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES) conformément aux politiques de la République du Cameroun et de la Banque Mondiale en matière de sauvegarde environnementale et sociale.

Expérience réussie
Au niveau de chaque commune, un comité communal de validation a été créé. Des Comités de Gestion des Activités (CGA) et des comités de gestion des plaintes ont été mis en place dans chaque village d’intervention. La réussite de cette phase pilote tien lieu du fait qu’un système de suivi régulier a été institué par l’UGP et les autorités départementales, communales, ainsi que les représentants des services sectoriels pour encourager les travailleurs et les sensibiliser sur la nécessité de pérennisation des ouvrages ou des actifs créés.

Bouba Djidda

Print Friendly, PDF & Email

Vous pourriez aussi aimer

Partagez cet article sur WhatsApp whatsapp